RÉOUVERTURE DES PISCINES À USAGE PUBLIC | COVID19

Publié par Luis Cordeiro le
RÉOUVERTURE DES PISCINES À USAGE PUBLIC | COVID19

Piscine à usage public - Comment préparer une réouverture en toute sécurité du point de vue de l'entretien de l'installation ?

Suite à la pandémie dans laquelle nous vivons aujourd'hui, les piscines à usage public ont été fermées pour contrôler la propagation du virus lorsque l'état d'urgence a été déclaré.

Toutefois, une proportion importante des complexes avait déjà pris de telles mesures à l'avance.

Depuis lors, nous sommes tous conscients que la normalité que nous connaissions ne reviendra pas de si tôt.

Nous devrons apprendre à vivre avec cette nouvelle réalité et créer une "normalité" différente, qui impliquera sans aucun doute des mesures transversales dans toute la société pour minimiser la contagion du nouveau Coronavirus (SRAS-CoV-2), et où les procédures de distanciation sociale et d'amélioration de l'hygiène sont toujours présentes.

C'est dans cette perspective queCIMAI, grâce au capital de connaissances qu'elle possède, tant dans le domaine du traitement des eaux de piscine que dans celui du développement et de la production de désinfectants, acquis au cours de plus de 30 ans d'expérience, elle envisage la réouverture de nos piscines.

Donc, de manière directe, ce que nous pouvons dire lorsque nous regardons une piscine, c'est que notre problème central n'est pas l'eau de la piscine.

C'est-à-dire que, du point de vue chimique, l'eau de la piscine, pour autant qu'elle présente en permanence une concentration de désinfectant comprise entre 1,0 - 2,0 mg/l et un pH inférieur à 8,0, en respectant toutes les autres procédures, telles que le contrôle continu des paramètres chimiques, une circulation adéquate, le lavage des filtres, etc., sera certainement dans de bonnes conditions microbiologiques, de sorte qu'il n'est pas nécessaire de procéder à un traitement de choc chimique lors de la réouverture tant souhaitée.

Dans ce cas, la question peut se poser de savoir: pourquoi ces installations n'ont pas encore été rouvertes.?

La réponse est complexe, car le problème des piscines à usage public est lié aux espaces secs et humides eux-mêmes, qui assurent la proximité physique entre les utilisateurs.

C'est pourquoi les vestiaires, les quais de piscine, les bancs et les zones d'accueil seront toujours des espaces où le risque de contamination sera élevé. Il n'est pas facile de maintenir des distances de sécurité entre les utilisateurs pendant la circulation dans un complexe, et il est presque impossible d'éviter les contacts fréquents : poignées, interrupteurs, mitigeurs de douche, etc...

En plus de ce qui précède, il existe des études scientifiques qui soutiennent que lorsque l'activité physique, où les mouvements respiratoires augmentent sa fréquence et sa profondeur, le risque de transmission du Coronavirus augmente.

Mais de toutes les zones d'une piscine, celles qui présentent certainement un plus grand risque de contagion sont les vestiaires, car c'est dans ces zones que de nombreuses personnes circulent simultanément et que les utilisateurs touchent à plusieurs reprises les mêmes matériaux.

Pour aggraver la situation, il y a quelque chose qui augmente certainement le risque de contagion dans les vestiaires. Le SRAS-CoV-2, comme nous le savons tous, est un virus respiratoire, en tant que tel il est transmis par de petites gouttelettes (si petites qu'elles ne peuvent être vues et peuvent rester en suspension dans l'air, ou sur des surfaces dures pendant des heures). Maintenant, bien sûr, dans les vestiaires, la quantité d'aérosols formés à la suite d'un bain sous la douche est très élevée, et comme la transmission se fait également par des aérosols qui persistent dans l'air, nous sommes certainement confrontés à un environnement où le risque de contagion est élevé.

Alors, à quoi devons-nous faire attention dans une piscine pour pouvoir la rouvrir en toute sécurité, du point de vue de l'entretien ?

  • Analyser en détail toutes les directives que la tutelle émettra, et se conformer aux instructions qui y sont définies ;
  • Élaborer un nouveau plan d'assainissement pour l'ensemble de l'installation ;
  • Mettre tous les équipements en service et évaluer la nécessité d'un traitement supplémentaire au plan de l'eau. Confirmation de la qualité microbiologique de l'eau par des analyses de laboratoire ;
  • Procédures de maintenance du réseau d'eau du bâtiment de l'installation. Confirmation de l'absence de Legionella par des recherches et des analyses de quantification ;
  • Laver et désinfecter, avant l'ouverture, tous les espaces et surfaces avec des produits appropriés et conformément aux recommandations de la DGS et de l'OMS ;
  • Autres procédures jugées nécessaires.

Analyser en détail toutes les directives que la tutelle émettra, et se conformer aux instructions qui y sont définies ;

Nous ne commenterons pas les procédures d'éloignement social, les taux d'occupation des différents domaines, car il existe des entités ayant des connaissances nettement supérieures pour définir celles qui sont appropriées à chaque domaine, afin de sauvegarder la santé et la sécurité de toutes les personnes impliquées et certainement la DGS définira celles qui sont obligatoires et/ou recommandables.

Il incombera aux responsables de les analyser et de les mettre en œuvre dans l'installation.

Élaborer un nouveau plan d'assainissement pour l'ensemble de l'installation ;

La procédure actuelle de nettoyage et de désinfection doit être revue et modifiée en toute sécurité. Pour avoir une installation désinfectée garantie, la fréquence et les produits habituellement utilisés devront certainement être remplacés.

Par conséquent, les responsables doivent examiner l'ensemble de l'installation, définir les procédures de fonctionnement, les fréquences, les matériaux, les produits, les équipements de protection individuelle à utiliser, pour le nettoyage et la désinfection de toute l'installation.

Ce plan doit être élaboré conformément aux orientations de la DGS, mais aussi avec la collaboration des professionnels concernés. Ce n'est que de cette manière que nous aurons une équipe dûment engagée dans ce qui doit être mis en œuvre dans la pratique.

Par exemple, conformément aux directives de la DGS, les surfaces qui se touchent fréquemment doivent être nettoyées au moins 6 fois par jour, mais il peut même être nécessaire d'augmenter cette fréquence.

Mettre tous les équipements en service et évaluer la nécessité d'un traitement supplémentaire au plan de l'eau. Confirmation de la qualité microbiologique de l'eau par des analyses de laboratoire ;

En plus de la mise en service normale de tous les équipements, les registres de désinfection et les niveaux de pH doivent être évalués pendant la période de fermeture de la centrale.

Comme nous l'avons déjà dit, tant que l'eau de la piscine a toujours eu une concentration de désinfectant comprise entre 1,0 et 2,0 mg/l et un pH inférieur à 8,0, en respectant toutes les autres procédures, telles que le contrôle continu des paramètres chimiques, la bonne circulation, le lavage des filtres, etc.

En cas d'interruption des systèmes de traitement de l'eau de piscine, un traitement choc suivant le rapport CxT = 255, où C est la concentration de chlore résiduel libre en ppm et T le temps de contact en heures (pour un pH = 7,5 et une température = 25º C).

Il est toutefois nécessaire qu'avant l'ouverture, les prélèvements soient effectués par une entité dûment accréditée à cet effet afin de réaliser les analyses physico-chimiques et microbiologiques définies dans la norme NP 4542:2017, et ainsi attester de la qualité de l'eau de la piscine.

Vider, nettoyer et désinfecter le circuit d'eau chaude sanitaire. Confirmation de l'absence de Legionella par des recherches et des analyses de quantification ;

Avec la fermeture des piscines à usage public et d'autres installations, nous avons créé un risque potentiel dans notre établissement : le développement de micro-organismes dans les circuits d'eau, en particulier les légionelles et autres.

Par conséquent, les opérations visant à prévenir et à atténuer ce risque doivent être menées dans les circuits d'eau froide et d'eau chaude.

Ces procédures doivent être adaptées aux procédures appliquées pendant la fermeture, c'est-à-dire que les installations où les rejets d'eau ont continué ont un potentiel de risque beaucoup plus faible que celles qui ont été complètement arrêtées.

Circuit d'eau froide :

La grande majorité des installations où il y a des piscines à usage public, sont alimentées directement par la société de distribution d'eau de la municipalité, et ne disposent pas de citernes ou de réservoirs de stockage d'eau, ce qui constitue un avantage, car c'est un point moins critique. Ceux qui possèdent ces réservoirs doivent les nettoyer et les entretenir conformément aux directives de la DGS.

Dans le reste du réseau, le désinfectant doit être injecté si possible afin d'atteindre les points terminaux avec au moins 20 ppm de chlore, et tous les points terminaux doivent être ouverts régulièrement.

Circuit d'eau chaude :

Il est vrai qu'une partie des installations a choisi de couper les systèmes de chauffage et de ne plus avoir d'eau chaude sanitaire, mais elles ont arrêté l'eau dans l'installation, ce qui augmente considérablement la probabilité de développement de la légionelle.

Par conséquent, et pour atténuer ce risque dans l'installation, nous devrons adopter certaines procédures préventives, à savoir:

  • Vider les réservoirs d'eau chaude sanitaire et les laver, si possible, conformément aux directives de la DGS ;
  • Démontage de tous les perlateurs / filtres des robinets et des douches, nettoyage et désinfection avec un désinfectant chloré dûment notifié à la DGS ;
  • Remplissage des dépôts et désinfection thermique ou chimique de l'ensemble du système, en suivant les procédures déjà définies par l'autorité de régulation ;
  • Confirmation de l'absence de Legionella par des tests de laboratoire effectués par un organisme accrédité.

Laver et désinfecter, avant l'ouverture, tous les espaces et surfaces avec des produits appropriés et conformément aux recommandations de la DGS et de l'OMS ;

En ce qui concerne la désinfection, nous conseillerons ce qui, d'un point de vue technique, est le mieux adapté aux différentes zones afin de garantir un environnement sûr pour ceux qui la fréquentent et pour ceux qui y exercent leur activité professionnelle. Nos conseils techniques sont basés sur les lignes directrices de la DGS et de l'OMS au moment de la rédaction de ce document, ainsi que sur notre expérience dans ce domaine.

Le nouveau Coronavirus (SRAS-CoV-2) peut être transmis par contact direct et par contact indirect, par le biais de gouttelettes expulsées vers les surfaces.

À la lumière des connaissances actuelles, on pense que le SARS-CoV-2 peut rester sur les surfaces pendant au moins 48 heures.

Toutes les surfaces peuvent être des véhicules de contagion, mais le risque de cette contagion varie selon la fréquence de manipulation, de toucher ou d'utilisation. Les surfaces présentant le plus grand risque de transmission sont celles qui sont fréquemment touchées, c'est-à-dire celles qui sont manipulées ou touchées par de nombreuses personnes et très fréquemment, tout au long de la journée. Voici quelques exemples de ces surfaces : poignées de porte, interrupteurs d'éclairage, boutons d'ascenseur, mitigeurs de douche, robinets de lavabo, poignées de toilettes, tables, comptoirs, chaises, rampes, matériel pédagogique, bancs et casiers, entre autres.

Par conséquent, et en regardant la typologie habituelle des installations, nous avons 4 types de zones différentes pour lesquelles un plan d'hygiène détaillé doit être établi.

  • Quai de la piscine ;
  • Espaces communs (accueil, sanitaires, etc.) ;
  • Vestiaires ;
  • Domaines techniques (réservés aux enseignants ou au personnel d'entretien).

Dans ce document, nous n'avons pas l'intention de détailler le plan d'assainissement, mais seulement de laisser quelques recommandations qui peuvent servir de base aux procédures à mettre en œuvre avant l'ouverture et qui peuvent également aider à l'élaboration du futur plan d'assainissement de l'installation.

Nous attirons l'attention sur les avantages de la ventilation naturelle de tout espace de l'installation, lorsque cela est possible.

Quai de la piscine

Il s'agit d'une zone pieds nus dans laquelle nous devrions accorder une attention particulière au nettoyage et à la désinfection des zones suivantes:

  • Étage ;
  • Matériel didactique ;
  • Douche lave-pieds ;
  • Autres matériels (sièges, cintres, etc.) ;
  • Autres zones (murs et vitres) ;

Étage

Le revêtement de la jetée de la piscine, qui se trouve à proximité du plan d'eau, doit être lavé et désinfecté avec un produit qui n'est pas incompatible avec l'eau de la piscine elle-même, c'est-à-dire qui ne réagit pas avec le chlore de l'eau. En outre, il doit être peu moussant.

La fréquence de ces nettoyages et désinfections devrait certainement être augmentée. Dans l'idéal, l'hygiène devrait être assurée après la fin de chaque heure d'utilisation, mais étant donné la taille de la plupart des espaces, cela ne sera certainement pas possible. Une autre solution consiste à créer des chemins pédestres obligatoires pour l'accès aux plans d'eau et à renforcer la désinfection quotidienne sur ces chemins, en particulier après chaque heure d'utilisation. Dans ce cas, une désinfection globale du quai de la piscine peut être envisagée, deux fois par jour.

Pour la jetée de la piscine, notre conseil technique est d'utiliser un produit à base de chlore, dont nous savons qu'il est efficace pour inactiver le nouveau coronavirus et d'autres virus, bactéries et champignons.

Matériel didactique

La désinfection de ce matériel était déjà particulièrement importante, mais elle l'est encore plus aujourd'hui, car il s'agit d'un matériel utilisé par différents utilisateurs, de sorte qu'à notre avis, il devrait toujours être désinfecté après utilisation.

Comme le matériel pédagogique est destiné à être en contact avec l'eau de piscine et les personnes, il convient d'utiliser un produit inoffensif lorsque le matériel entre en contact avec l'eau. Nous recommandons donc un produit à base de chlore ou de peroxyde d'hydrogène.

Douche pour le lavage des pieds

Les douches pour le lavage des pieds ne doivent pas avoir d'eau stagnante, celle-ci doit être vidée automatiquement après chaque passage. Comme il s'agit d'une zone de passage fréquent, elle doit être correctement aseptisée, avec la même périodicité que la jetée de la piscine. Le produit à utiliser sur le sol doit être le même que celui du quai et les autres zones doivent être assainies avec des produits adaptés aux matériaux à désinfecter.

Autres matériels (sièges, cintres, etc.)

La continuité de l'existence de ce type de matériel, qui est aussi fréquemment touché par les utilisateurs, doit être prise en compte par les responsables.

Le moyen le plus sûr est certainement de les supprimer à ce stade. Si vous choisissez de les conserver, ils devront être soumis à de fréquentes désinfections. Selon le type de matériau, on peut utiliser un produit de base chloré, du peroxyde d'hydrogène ou de l'alcool.

Autres domaines (murs, vitres, etc.)

Ce sont les zones où la probabilité de contagion est la plus faible, mais elles doivent être assainies quotidiennement. Le choix des produits à utiliser dépendra du type de matériaux dont ils sont faits, mais ils doivent être chlorés, à base de peroxyde ou d'alcool.

Espaces communs (accueil, sanitaires, etc.)

Avant d'aborder la désinfection de ces espaces, il convient de définir les règles de fréquence de l'espace et les procédures à adopter, par les employés, les utilisateurs et les personnes accompagnantes.

Les mesures visant à assurer la distanciation sociale ainsi qu'une protection individuelle adéquate pour chaque zone doivent être clairement envisagées et divulguées.

En termes de zones communes, il est normal d'avoir 3 zones distinctes :

  • Réception ;
  • Des bancs ;
  • Les WC´.

Réception

C'est une zone qui se trouve généralement assez près de l'entrée. Il sera donc important de veiller à ce que du désinfectant soit disponible à l'entrée, afin que tous les utilisateurs et visiteurs de l'espace puissent ainsi procéder à leur hygiène dès leur entrée dans l'installation.

Toutes les zones fréquemment touchées, telles que les bureaux, les poignées de porte, les interrupteurs, les boutons d'ascenseur et autres, doivent être correctement désinfectées au moins 6 fois par jour. Dans le cas de surfaces tactiles systématiques, telles que les poignées de porte, et conformément aux directives de la DGS, elles doivent être assainies toutes les heures. Le choix des produits à utiliser dépendra du type de matériaux dont ils sont faits, mais ils doivent être à base d'alcool, de chlore ou de peroxyde d'hydrogène.

Le sol et les vitres doivent être lavés et nettoyés au moins deux fois par jour, et les murs au moins une fois par jour.

Ici, comme ci-dessus, le choix du type de produit dépendra des matériaux à assainir, et dans ces domaines, l'idéal sera toujours une solution contenant un détergent et un désinfectant.

Bancs

En fonction des directives que l'autorité émettra pour le taux d'occupation de l'installation, elle devra en tenir compte pour définir également le taux d'occupation de ces zones.

Conformément aux lignes directrices de la DGS, les chaises/supports doivent être désinfectés avec de l'alcool ou du peroxyde d'hydrogène chaque fois que les utilisateurs s'en vont.

Installations sanitaires

Les toilettes doivent être lavées au moins 3 fois par jour, de préférence avec des produits contenant un détergent et un désinfectant, auquel cas un produit à base de chlore est le plus approprié.

Les zones de contact fréquent dans les WC doivent suivre les instructions mentionnées ci-dessus, tant en ce qui concerne les produits que la fréquence.

Dans ces domaines, l'existence de produits pour le lavage des mains doit toujours être préservée, et la solution peut également passer par un produit qui, en plus de laver, désinfecte également.

Salles de bains

Comme nous l'avons déjà dit, c'est la zone la plus sensible de l'installation. Le taux d'occupation habituel des vestiaires, combiné à l'état de ces derniers, fait que l'inquiétude est particulièrement forte à ce sujet.

Il est prévu que lorsque les installations seront rouvertes, ces zones seront encore interdites pendant un certain temps, mais nous devrons attendre les directives qui seront données par la DGS.

Il faudra certainement diminuer la capacité instantanée et augmenter fortement la fréquence d'assainissement.

Dans un établissement de bains, en enlevant les murs et les plafonds, toutes les autres zones finissent par être en contact fréquent. Et même les murs et les plafonds, en raison du taux énorme d'aérosols générés à l'intérieur des vestiaires, sont des surfaces qui peuvent facilement être contaminées. Par conséquent, en ce qui concerne la fréquence d'assainissement de ces espaces, toutes les lignes directrices définies par la DGS devront être suivies. Les produits doivent être adaptés aux matériaux à assainir et selon les fréquences prévues.

En fonction des directives que l'autorité émettra pour le taux d'occupation de l'installation, elle devra en tenir compte pour définir également le taux d'occupation de ces zones.

Domaines techniques (réservés aux enseignants ou au personnel d'entretien)

Ces zones sont limitées, mais nous avons encore des surfaces de contact fréquentes (déjà énumérées ci-dessus) et d'autres.

Salles des professeurs

Dans le cas des zones réservées aux enseignants et aux autres professionnels des quais de piscine, les zones de contact fréquent doivent continuer à être assainies à une fréquence de 6 fois par jour, ou une autre qui soit appropriée au taux d'occupation de ces zones.

Les autres zones telles que les sols, les fenêtres, etc. doivent être nettoyées et désinfectées au moins une ou deux fois par jour.

Domaines d'équipement technique

Selon la taille de l'installation, il s'agit d'une zone normalement réservée à 1 ou 2 techniciens de maintenance.

Par conséquent, même les zones dites "de contact fréquent" n'ont pas de contact aussi fréquent, de sorte que, sauf indication contraire de la DGS, il suffira d'assurer leur désinfection une fois par jour.

Le nettoyage d'autres surfaces, comme le sol et autres, doit également être effectué une fois par jour.

Dans chacune des zones restreintes mentionnées ci-dessus, les produits sélectionnés doivent être appropriés et compatibles avec les matériaux que nous avons l'intention d'assainir.

Autres procédures jugées nécessaires

Des procédures spécifiques, qui du point de vue de la maintenance d'une installation spécifique, s'avèrent nécessaires.

Les hauts niveaux d'incertitude génèrent généralement de nouvelles voies et de nouvelles opportunités. Nous sommes donc tous appelés à considérer les installations sous un angle nouveau et à penser "hors des sentiers battus".

C'est le moment d'aller plus loin, de le faire différemment, en mettant la sécurité et la santé de chacun au premier plan !

EN PDF À PARTIR DU MANUEL DE BONNES PRATIQUES


Article précédent Article suivant